Menu
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Léandrés, une recette qui a voyagé à travers les continents et les cultures

Léandrés, une recette qui a voyagé à travers les continents et les cultures

Le 26 novembre 2019
Léandrés, une recette qui a voyagé à travers les continents et les cultures

Léandrès, c’est le lieu où continue de s’écrire aujourd’hui l’histoire de Léa et Andrés depuis maintenant plus de 2 ans. 

Rien ne les destinait à ouvrir un coffee shop en plein Paris puisque leur histoire commence aux Etats-Unis à l’Université pour leur Bachelor en business. Ils se rencontrent en pratiquant leur passion commune : le tennis. Ils obtiennent ensuite tous les deux leur master en marketing international. Finalement, ils restent aux Etats-Unis pendant 8 ans et au fond d’eux nait le désir d’un projet futur : ouvrir un coffee shop. Mais où et comment ? Andrés nous raconte...



Pourquoi le coffee shop, avec des origines françaises et colombiennes ?


L’idée est venue de créer un endroit où faire des bonnes pâtisseries françaises, ce qu’il n’y avait pas à Philadelphie. Pour combiner les cultures et traditions de chacun, nous avons décidé de proposer du café colombien et des pâtisseries françaises.

Léa a grandi sous l’exemple de sa mère qui cuisinait beaucoup, c’est une passionnée de gâteaux. Mais le projet a continué de mûrir pendant que nous exercions d’autres professions à Philadelphie. J’étais encore coach de tennis à l’époque. 



Paris, le début de l’aventure 


Nous avons déménagé à Paris il y a plus de 2 ans. Avant d’en arriver à Léandrès, nous travaillons encore dans le marketing. Nous avons vite constaté que nous allions devoir nous démarquer dans notre proposition pour le coffee shop puisque les boulangeries sont partout ! 

Nous avons ainsi décider de proposer des spécialités colombiennes telles que les empanadas  et le pan de Bono. C’est facile à déguster sur place ou à emporter. 

Beaucoup de gens viennent d’ailleurs que pour ça chez Léandrés, notamment beaucoup de Colombiens. 

Pour l’anecdote, il parait que notre recette secrète est meilleure qu’en Colombie…!



Si votre savoir-faire se confond facilement avec les traditions locales, de qui vous entourez-vous ?


Nous avons choisi des fournisseurs colombiens qui étaient déjà sur Paris et qui fournissent tous les restaurants colombiens de Paris. 

A partir de là, nous partons des bases des recettes colombiennes pour en faire la nôtre qui reste secrète…



Vous avez séduit les plus connaisseurs de vos clients, qui sont-ils justement ?


Nous avons un peu tout type de client. Le midi, c’est beaucoup une clientèle française de bureaux. Ils ont d’ailleurs parfois du mal à partir, certains ont pour habitude de rester travailler après avoir déjeuné ou brunché pour profiter d’une atmosphère chaleureuse et studieuse Sinon ce sont des touristes, des habitués du quartier et beaucoup de colombiens. 



La recette du midi semble bien marcher, que leur proposez-vous ?


Le midi notre carte propose deux menus entre 12 et 14€, des prix plus qu’abordables. Selon le menu de leur choix, celui-ci se compose d’empanadas, d’une salade et d’un dessert. 


Sinon le matin et l’après-midi, Léandrés c’est un coffeeshop !

Nous étions ouverts le soir au tout début, mais nous fermons petit à petit. Ce ne sont pas des horaires qui correspondent à notre proposition.



Le véritable secret d’un tel succès, ce sont des traditions mais quoi d’autre ?


Notre concept est fondé sur un bon café 100% colombien. Même si j’avais des bases acquises avant de me lancer, je me suis formé pour un savoir-faire plus complet. 

C’est un mélange de tradition, de savoir-faire et de formation. 



Pourquoi avoir choisi le 9e arrondissement ?


Nous avons cherché à plusieurs endroits avant d’arriver ici. Le 11e arrondissement, ainsi que le 3 et le 5 étaient trop chers. Nous avons été séduits par l’attractivité du 9e, c’est un quartier jeune, vivant et accessible. Léandrés était un local complètement vide. Nous avons tout refait faire en 3 mois seulement. 



Seulement deux ans que vous êtes là et votre affaire se porte pour le mieux, comment vous êtes-vous lancés ?


Les débuts ont été à la fois de la chance et des opportunités. Entre l’application DOJO et Les Petites Tables qui nous ont proposé une vidéo puis un article, nous avons été bien aidés. Léa sait faire de belles photos, c’est elle qui produit nos contenus sur les réseaux sociaux. 

Sinon je suis aussi passé par la distribution de jus dans la rue pour attirer les premiers clients. 



Léandrés sur Instagram, ça se passe comment ?


Comme dans le restaurant, nous faisons notre maximum pour entretenir le lien avec nos clients en interagissant avec eux. Pour les contenus, on essaye de poster régulièrement, aussi selon les occasions : si on a une belle assiette, des promotions, des nouveautés… On essaye de faire des stories pour inclure notre communauté dans la vie de Léandrés. 

Nous postons les mêmes contenus sur Facebook, bien que nous préférons instagram pour les fonctionnalités plus accessibles. Mais il est difficile de consacrer beaucoup de temps sur les réseaux sociaux. 

Pour les rencontrer ou en savoir plus sur eux, ça se passe ici : www.leandres.paris